La confusion des sentiments, Stefan Zweig

Publié le par Mademoiselle Swann


2/5

Résumé:
Un professeur en fin de carrière revient sur ses années étudiantes et surtout sur sa rencontre bouleversante avec un professeur avec qui il va entretenir une relation ambigue. En effet, il va trouver en lui plus qu'un enseignant: un père mais de son côté le vieux professeur est très changeant avec lui, souvent  amical, protecteur, prévenant il devient soudain distant, froid et cassant.
Que cache cet homme derrière ces comportements contradictoires?

Citations:
"Sentait-il lui-même tout ce qu'il était pour moi, ou bien s'était-il mis à aimer cette fougue de mon être...toujours est-il que mon maître me distingua bientôt d'une manière particulière, en me manifestant un intérêt visible."

"...maintenant que j'étais devenu son familier, je me sentais encore plus profondément ému par sa taciturnité, par ce nuage de tristesse qui passait sur son front."

"Oui, j'avais le sentiment cruel que plus je m'approchais de lui, plus il me repoussait avec dureté et même avec inquiétude. Rien ne devait, rien ne pouvait le pénétrer, pénétrer son secret. Car un secret, j'en avais de plus en plus vivement conscience, un étrange et inquiétant secret logeait au plus profond de cet être fascinant."

"Mais plus mes relations avec lui devenaient étroites, plus je m'isolais du monde extérieur: en même temps que la chaleur de cette sphère intérieure, je partageais l'isolement glacial de son existence, totalement en marge."

"Et réellement, mon maître ne me rendait pas la vie facile. Plus je le servais avec passion, plus il paraissait indifférent à mon culte empressé."

"Si dans mon zèle ambitieux je prenais une initiative pour lui plaire, soudain, au milieu de la conversation, il pinçait les lèvres et un mot ironique me repoussait. Il est vrai qu'ensuite, en me voyant m'écarter humilié et troublé, son regard chaud et enveloppant se posait de nouveau sur moi, pour calmer mon désespoir, mais combien cela était rare, oui combien rare! Ce chaud et froid, cette alternance d'affabilité cordiale et de rebuffades déplaisantes troublait complètement mes sentiments trop vifs, qui désiraient..."


Mon Avis:
Un chef-d'oeuvre selon certains, je me suis laissée guidé par les nombreuses éloges de la plupart des lecteurs et j'ai été déçue. J'attendais peut-être trop d'un livre que tout le monde encensé...et dans cet état de fait, la déception pointe souvent le bout de son nez. Je suis peut-être passée à côté du sens profond par une lecture trop hâtive...
Ce n'est pas LE roman qui marquera mon esprit contrairement à nombre de lecteurs! Je prendrai peut-être le temps plus tard de reprendre ce livre entre mes mains pour, je l'espère en découvrir les plaisirs cachés que je n'ai su découvrir à la première lecture car il fait peut-être partie de ses livres qu'il faut lire plusieurs fois afin d'en apprécier
la beauté.
Je me suis ennuyée, les personnages ne m'ont aucunement touchée, en revanche l'écriture (ou la traduction) est soignée, le style est pas mal.

Biographie de l'auteur:











Ecrivain autrichien naturalisé anglais. Né à Vienne le 28 novembre 1881, mort à Pétropolis, au Brésil, le 23 février 1942. Fils d'un riche industriel juif, il mena librement des études tendant vers ses goûts pour la littérature, la philosophie et l'histoire.
Toute sa vie il fut un grand voyageur, arpentant l'Europe, l'Amérique du Nord, le Mexique, Cuba, les Indes, Ceylan et l'Afrique, avant de mourir au Brésil.
Avant d'être écrivain, il fut traducteur. Il fit ses débuts dans l'écriture de poèmes.
Passionné de théâtre, il allait, les soirs de première, admirer les grands de l'époque et se mit bientôt à écrire des drames dont son chef-d'oeuvre scénique: Volpone (1927).
Quoi qu'engagé au service de l'Autriche au début de la Première Guerre mondiale, Zweig était un pacifiste convaincu, de concert avec l'écrivain français Romain Rolland.
Ils sommèrent les intellectuels du monde entier de se joindre à eux dans un pacifisme actif ,qui fut décisif dans l'attribution du prix Nobel de littérature à Romain Rolland.
Zweig resta pacifiste toute sa vie et préconisa l'unification de l'Europe avant l'arrivée au pouvoir des nazis qui en briserait tout espoir.
Parmi ses amis illustres, outre Romain Rolland, figurent Sigmund Freud dont il rédigea l'oraison funèbre et à qui il faisait lire ses nouvelles avant parution. 
L'arrivée au pouvoir des nazis vint bouleverser la vie de Zweig, qui eut très tôt une conscience claire du terrible danger que représentait Hitler pour les juifs, pour l'Autriche et toute l'Europe.
En 1934, dès les premières persécutions antisémites, il quitta l'Autriche pour l'Angleterre. En 1940, il obtint la citoyenneté britannique.
En 1941, il s'établit au Brésil où, trop affecté de voir la Seconde Guerre mondiale détruire ses rêves d'humanisme et d'Europe pacifiée, il se suicida avec Lotte (Charlotte Elisabeth Altmann), sa seconde épouse, à Pétropolis, près de Rio de Janeiro, le 23 février 1942. Il venait juste d'achever son autobiographie: Le monde d'hier.
Son œuvre, particulièrement éclectique, comporte quelques recueils de poésies, quelques pièces de théâtre (Thersite 1907, Volpone 1927…).Il est surtout connu pour ses nouvelles (Amok 1922, La Confusion des sentiments 1926, Vingt-quatre heures de la vie d'une femme 1934), histoires de passion intense pouvant aller parfois jusqu'au morbide ou à la folie. Son œuvre phare, Le Joueur d'échecs, a été publiée à titre posthume. Il a écrit de nombreuses biographies (Fouché, Marie Stuart, Magellan, Marie-Antoinette…) d'une grande acuité psychologique et qui comportent une réflexion sur les problèmes de son temps (Érasme 1935). Il travailla durant plus de vingt ans à son recueil de nouvelles Les très riches heures de l'humanité qui retracent les 14 événements de l'Histoire mondiale les plus marquants à ses yeux.

Bibliographie:
1922  Amok
1925  Le combat avec le démon
1926  La Confusion des sentiments
1927  Trois poètes de leur vie
1928  Les Heures étoilées de l'humanité
1928  Joseph Fouché
1931  La guérison par l'esprit
1931  Légendes
1932  Marie-Antoinette
1934  Vingt-quatre heures de la vie d'une femme
1934  Érasme
1935  Marie Stuart, biographie
1936  Castellion contre Calvin
1938  Brûlant secret
1938  Magellan
1938  Impatience du cœur
1939  La Pitié dangereuse
1940  Amerigo
1943  Le joueur d'échecs, roman
1982  Ivresse de la métamorphose

Publié dans Lectures 2008...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article