La part de l'autre, Eric-Emmanuel Schmitt

Publié le par Mademoiselle Swann


3/5

Résumé:

Quel aurait été le destin d'Hitler et par voie de conséquence, du monde, si celui-ci avait été admis à l'Académie des Beaux-Arts et non recalé? Eric-Emmanuel Schmitt, tente de nous donner sa vision de ce qu'aurait pu être cet avenir, en mettant en parallèle la vie d'Hitler telle que nous la connaissons et celle d'Adolf H étudiant la peinture, se libérant de ses névroses...
Pas évident d'imaginer que toute l'horreur de la seconde guerre mondiale aurait pu être évité... Adolf H s'est libéré de "la part de l'autre" en s'accomplissant tant bien que mal dans la peinture, en suivant une psychanalyse éclair avec Freud le soulageant de ses démons. 

Citations:
"Libre, sans pression, débarassé du ridicule, ne craignant pas le commentaire assassin ou la plaisanterie qu'elle ne manquerait pas de faire, il exprimait sa joie, son attachement, son admiration, sa crainte d'être trahi par elle, la panique qu'il éprouvait lorsqu'elle remarquait un autre homme, sa volonté de la tenir prisonnière de son amour à lui, sa certitude de perdre goût à la vie si elle n'était plus là."

"Il avait donc admis qu'Eva Braun pût rôder  dans son entourage, y manger, y dormir, ronger un os au passage, se coucher dans sa niche. Au fond, Eva montrait la tendresse indéfectible d'un chien, toujours heureuse de voir son maître, quand bien même l'avait-il négligée, engueulée, battue. Dans le règne des humains, elle incarnait l'obéissance et l'affection. Mais Hitler éprouvait plus de tendresse pour ses bergers allemands que pour la belle Eva."

Mon avis:
Pour ma part je trouve cela un peu tiré par les cheveux... Le sujet était intéressant quoique difficile à aborder. 
J'ai un peu de mal à penser que ces simples détails dans la vie du jeune Hiltler auraient pu changer le cours de l'histoire. Peut-être que cette difficulté vient du fait que cette page de notre histoire est tellement affreuse et inhumaine qu'on ne peut pas concevoir que celui qui en est la cause aurait pu être un homme comme vous et moi...
Peut-être, en effet mais je trouve qu'Adolf H n'est pas plus humain qu'Hitler mais à un autre niveau. Adolf H est dépeint comme un être sensible, amical, gentil, fidèle en amour comme en amitié, lucide, humble, se remettant en question, peut-être que cet Adolf H est trop lisse, trop parfait, trop gentil pour qu'on y croit, trop éloigné d'Hitler, l'"autre". On arrive pas vraiment à lui trouver de défaut, ni à lui ni à son entourage proche, et quel homme peut se prévaloir de n'avoir aucun défaut? Aucun car personne n'est parfait. Même si Hitler était un homme nous le rejetons en tant que tel, car ce fut un monstre sanguinaire mais Adolf H me paraît trop opposé à son double pour être homme également. 
La lecture de ce roman ne m'a pas été désagréable pour autant, le sujet était je pense difficile à traiter, quelques longueurs dans le récit tout de même, pas le meilleur Schmitt mais sans regret tout de même.

Biographie de l'auteur:


Né le 28 mars 1960, à Sainte-Foy-lès-Lyon, il vit à Bruxelles depuis 2002, il détient la double nationalité depuis 2008 où il a obtenu la naturalisation belge.
Normalien et agrégé de philosophie, docteur, il fait ses débuts dans l'écriture de pièces de théâtre qui obtiennet rapidement un vif succès.
En 1994, il reçoit trois Molières: Meilleur auteur, Révélation théâtrale et Meilleur spctacle.
Suite à ce succès, il quitte son poste de maître de conférence en philosophie à l'université de Savoie pour se consacrer à l'écriture.
Avec son monomogue sur le boudhisme "Milarepa" débute un cycle de récits sur les religions qui deviendra plus tard Le Cycle de l'invisible. En font partie: "Hôtel des deux mondes", "Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran créé en 1999 et adapté au cinéma en 2004, et le troisième opus "Oscar et la dame en rose".
Il reçoit le Grand prix des lectrices de Elle en 2000 pour son roman "L'Evangile selon Pilate".
En 2000, l'Académie française lui décerne le Grand Prix du théâtre pour l'ensemble de son oeuvre.
Passionné de musique, il a touché à l'opéra avec la traduction en français de deux oeuvres de Mozard: "Les noces de Figaro" et "Don Giovanni".
En 2006, il écrit et réalise son premier film "Odette Toutlemonde" qui sort en 2007.

Bibliographie:

Romans:
1994  La secte des égoïstes
2000  L'évangile selon Pilate
2001  La part de l'autre
2002  Lorsque j'étais une oeuvre d'art
2004  L'enfant de Noé
2005  Ma vie avec Mozart
2006  Odette Toulemonde et autres histoires
Le Cycle de l'Invisible:
1997  Milarepa
2001  Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran
2002  Oscar et la dame en rose


Théâtre:

1991  La Nuit de Valognes
1993  Le visiteur
1995  Golden Joe
1996  Variations énigmatiques
2000  Le libertin
1998  Frédérick ou le Boulevard du crime
1999  Hôtel des deux mondes
2003  Petits crimes conjugaux

Essai:

1997  Diderot ou la Philosophie de la séduction

Publié dans Lectures 2008...

Commenter cet article