L'ignorance, Milan KUNDERA

Publié le par Mademoiselle Swann


3/5

Résumé:

Irena et Josef ont émigrés respectivement en France et au Danemark depuis de logues années, ils décident tous deux de retourner dans leur pays pour un court séjour.
Se mêlent alors différents sentiments: la nostalgie, l'incompréhension de la famille qui leur reproche leur fuite, l'impression d'être totalement coupé de leurs racines et de ne plus vivre dans le même monde que ceux qu'ils ont laissé, le fait d'être désorienté dans ce pays qui a bien changé depuis leur départ...

Mon avis:
Je diviserais ce livre en trois parties:
La première partie est laborieuse, avec des références historiques, mythologiques toutes mélangées les unes aux autres, je ne savais plus où j'allais et où il voulait en venir.
La seconde partie est bien, interessante, on est plongé dans l'état d'esprit d'un émigré qui n'est plus vraiment chez lui dans son pays qu'il redécouvre et qui ne sera pas vraiment considéré comme étant dans le pays dans lequel il a émigré. Les souvenirs affluent plus ou moins précis, parfois la mémoire fait défaut, on ne se rappelle plus, on ne reconnaît plus ce pays que l'on a quitté et ceux qui sont restés...
La dernière partie est consacrée à l'histoire intime qui va rapprocher Irena et Josef, le Kama Sutra en quelques pages...en quoi cela sert-il l'histoire? Je me pose encore la question.
Sachant que la plupart du temps on se rappelle avec force du début et de la fin d'un livre...je dirais: pourquoi terminer sur deux histoires de c... qui n'apportent rien au récit et qui, pour moi, gâchent le reste du récit?


Biographie de l'auteur:

Il est né le 1er Avril 1929 à Brno en Tchéchoslovaquie, actuellement la Tchéquie.

 A partir de 1948, il entame des études de littérature et d’esthétique à la faculté des arts, mais très vite il change pour s’inscrire à l’école supérieure du cinéma de Prague. Il termine ses études en 1952 alors qu’il est exclu du parti communiste suite à des agissements contre « le pouvoir ». C’est en 1956, qu’il est admis au parti communiste, dont il fut exclu définitivement en 1970.

 

Fin des années 1950, dans la Tchécoslovaquie communiste, Kundera est très connu et apprécié. Il donne un souffle libérateur à la littérature tchèque.

En Juin 1967, les écrivains sont pour la première fois en désaccord total avec les dirigeants du parti. C’est alors que Kundera devient l’une des figures du mouvement pour la liberté.

 

En 1968, il était parmi les réformateurs tchèques qui ont cru pouvoir réformer le communisme de l’intérieur mais l’intervention des troupes du pacte de Varsovie en août 1968 met fin à la réforme démocratique et oblige les écrivains réformateurs à choisir entre l’exil et la dissidence. En 1975 il rejoint la France.

 

Il devient professeur à l’université de Rennes 2 où il exercera jusqu’en 1979. Dans la même année il est déchu de la nationalité tchécoslovaque et naturalisé français en 1980 où il est nommé professeur à l’école des Hautes Etudes en sciences sociales de Paris.


Bibliographie:
Romans et nouvelles
1967  La Plaisanterie
1968  Risibles amours
1973  La vie est ailleurs
1976  La Valse aux adieux
1978  Le Livre du rire et de l'oubli
1984  L'Insoutenable Légèreté de l'être
1990  L'Immortalité
1995  La Lenteur
1998  L'Identité
2003  L'Ignorance

Théâtre
1981  Jacques et son maître, hommage à Denis Diderot
1962  Les Propriétaires des clés, œuvre qu'il a par la suite reniée, ainsi que la pièce La Blague, écrite en 1966.

Essais
1986  L'Art du roman
1993   Les Testaments trahis
1993  D'en bas tu humeras des roses
2005   Le Rideau
2009  Une Rencontre

Publié dans Lectures 2009...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article